La lucidité mène-t-elle au pessimisme?

20070714163726_coca.jpghttp://www.krizalid.net/index.php?showimage=45&lang=fr20070714172155_folie_des

Amis des livres et de la lecture,  Bonjour!

Faut-il éviter de ruminer de noires pensées et s’aveugler en permanence sur l’état du monde ? Se replier sur ses petites consolations égotistes et éviter ainsi de se poser trop de questions ?
Faut-il croire à l’éternel enfumage de la théorie du complot qui se cherche des proies faciles et simplifierait nos malheurs en nommant un complotiste en chef ?

Faut-il s’excuser d’être lucide ?

Ce sont des questions que me je suis posées aux quelques réactions à mes articles que nombre d’entre vous ont trouvés désespérants.

Certes le tableau décrit n’est pas des plus lumineux et c’est peu dire. Je cherche plutôt à éveiller des consciences, à susciter des réactions dans des temps où a repris la grande foire à la démagogie électorale, entre le serrage de ceinture obligatoire – (merci pour ceux qui l’ont déjà aux amygdales) – et ceux qui comme d’habitude proposent des  lendemains de rasage gratis , où encore ceux qui désignent des boucs émissaires … toutes les nuances y sont.
Pour que l’horizon s’éclaircisse quelque peu, je regarde plutôt du côté du monde associatif, de ceux qui ont pris leur destin en main et n’attendent pas grand chose du monde politique sinon qu’il puisse ne pas trop entraver leur activité alternative , de ceux qui fonctionnent avec peu de moyens tandis que des fonds publics sont attribués à nombre d’opportunistes toujours à l’affût des effets d’aubaines…. Disons que c’est une manière de ne pas trop désespérer .
A ce titre la pratique nous enseigne que les décisionnaires, hors de  la réalité, subissent la pression de lobbyistes avisés au détriment de ceux qui sont en immersion dans la dure réalité du travail en  entreprise,  du commerce, de la fonction publique etc. …

Dans l’ambiance du temps et dans un  totalitarisme numérique, nous  vivons  dans l’ idée que nos métiers deviennent obsolètes et démodés et qu’il faudra absolument en changer faisant fi de toute nostalgie, sous l’impératif de participer au rythme collectif général et
rentable. Par l’intermédiaire de données que nous leur fournissons (ici même) de nos intérêts, consommations et habitudes, les « Géants » du Net et autres GAFA après nous avoir enrôlés à leur service, sauront nous reprendre les maigres dividendes distribués en échange des besoins qu’ils nous auront attribués…

Dans les années 70, on dénonçait ce genre de circuit des multinationales qui logeaient et nourrissaient leurs salariés pour  reprendre le salaire de misère octroyé à leurs main-d’œuvre. On y  vient à nouveau avec des mécanismes beaucoup plus insidieux et
sophistiqués et surtout beaucoup plus étendus:
Nous apprenons au final, qu’une poignée d’individus possèdent la moitié des richesses du monde et nous devrions  « la fermer » sous prétexte que cela a toujours plus où moins existé ?

Où sont passés les esprits critiques de Jadis ?

Je ressens, dans la plupart des réactions,  un fatalisme désabusé, une résignation de fortune, et finalement la renonciation à protester contre toute cette décomposition… en même temps qu’une espérance dans l’attente que ces crises et crispations finissent un jour,
alors juste un mot de Cioran : «  l’espoir est une vertu d’esclave  » (Précis de Décomposition, justement).

Pierre-Yves.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s